voiture_accidenteeQuestion: Micaël a emprunté la voiture de Chimon pour se rendre chez ses parents le chabbat. Il a été convenu entre eux de la garer à sa place habituelle le motsaé chabbat, ce qui fut fait. Chimon téléphone à Micaël le lendemain et se plaint d’un coup sur la carrosserie qui n’était pas au moment de l’emprunt. Micaël lui répond que ce n’est sûrement pas arrivé durant la conduite mais peut être quand la voiture est restée garée, le chabbat, devant ses parents ou encore durant la nuit, après l’avoir rendu à sa place, dans le parking. Qui est responsable de ce dégât?

Réponse:   Il y a un cas ressemblant dans le Choul’han Aroukh  (224; 2) à propos d’une bête, acquise par un boucher, et dont les poumons contenaient une aiguille. Elle est donc téréfa et impropre à la consommation. Le boucher réclame donc, au vendeur, son argent. Dans ce cas la règle est que l’on établit la datation d’un événement survenu à un moment inconnu selon la dernière situation de l’objet. La bête était donc chez le boucher en dernier lieu et l’on suppose que cela s’est passé chez lui.
Il en sera donc ainsi pour la voiture. Chimon doit endosser les frais de réparation puisque la voiture était chez lui en dernier lieu et que l’incident a pu se dérouler dans son parking. Mais si le coup était déjà apparent dès le moment où Micaël avait retourné la voiture, et s’il y avait eu un constat de bon état au moment de l’emprunt, alors Micaël aurait été responsable. En cas de doute, comme dans l’hypothèse où il n’y aurait pas eu de constat de bon état, alors Chimon ne pourra rien imposer à Micaël.

La carrosserie est certes accidentée mais depuis quand?