Question : Une communauté a loué les services de Rav Chay pour sonner le chofar de roch hachana mais celui-ci n’a pas réussi à sortir des sons cachers et les fidèles n’ont pas pu se rendre quitte de la mitsva.  Chay ne comprend pas ce qui s’est passé parce qu’il a l’habitude de sonner depuis de nombreuses années et il ne manque pas de témoins à cela. Il avance pour sa défense que le chofar est une mitsva et apparemment le mérite de la kéhila n’était pas suffisant. Lui revient-il un quelconque paiement pour ses efforts?
Réponse : le beth dine a vérifié auprès de spécialistes. On peut évaluer à 10 pour cent le taux d’erreur possible même pour un professionnel, mais pas d’avantage. Il est primordial de se préparer au moins un mois avant et certains le font tout au courant de l’année afin d’arriver complètement à l’aise devant le public.
En vertu de cela, il nous est permis d’affirmer que selon toute logique Rav Chay ne s’est pas préparé suffisamment auparavant même s’il est un professionnel. Rav Chay a aussi peut-être été trop impressionné par quelqu’un ou quelque chose ce jour-là ou peut-être était-il trop fatigué.
D’autre part, en matière de halakha on ne prend pas en compte sa plaidoirie incombant la faute au public qui n’a pas été méritant etc. Mais il faut savoir que même s’il avait eu un empêchement de l’ordre du ‘’oness’’, force majeur, cela n’aurait pas obligé la communauté à lui régler quoi que ce soit car comme le stipule le Talmud (baba métsia 75 b voir Rama 334 ; 2) des ouvriers venus arrosé et travaillé un champ et la pluie étant tombée juste avant leur venue, ils n’ont pas pu et du travaillé, leur employeur ne leur doit rien. En effet, la règle est qu’un cas de force majeur que l’employeur ne pouvait imaginer est toujours au détriment des ouvriers.
Nétivote hamichpat 335, 3 va plus loin dans le cas du “oness” d’une cessation de travail par  empêchement majeur et involontaire de la part d’un ouvrier. Il écrit en effet, que l’employeur ne devra dédommager l’employé en aucune forme et même pour une partie de la journée passée à travailler quand ce travail n’a pas été fini et n’a fourni aucun bénéfice. Ceci n’est bien sûr pas le cas quand le travail a été fait à moitié et qu’il servira de base au prochain ouvrier. La communauté ne doit donc rien à rav Chay.
Rav Hayim Vidal

TRIBUNAL RABBINIQUE POUR PUBLIC FRANCOPHONE
Pour toutes vos questions et arbitrage, Michpat Chalom: 
Contact www.Michpat-Chalom.com
Tel: 058 32 00 425

neigeQuestion : Pendant la dernière tempête  à Jérusalem, comme beaucoup d’arbres alourdis par tant de poids des neiges, celui d’Israël est tombé et a atterri dans le jardin de son voisin, Emmanuel. Ce dernier lui a bien sûr demandé de déblayer son gazon et aussi de le dédommager pour les dégâts occasionnés par la chute. Israël lui répond qu’il ne se sent pas coupable des dégâts puisque cet arbre a toujours été entretenu par ses soins et qu’il était donc valide. S’il est tombé, c’est à cause des intempéries et non sa faute. Pour ce qui est du déblaiement, il considère l’arbre comme ‘’hefker’’, comme n’étant plus sa possession et donc cela ne lui incombe pas.

Réponse : Israël a raison en ce qui concerne les dégâts provoqués par la chute. Il peut s’appuyer sur la Tosefta (Baba métsia 11; 5) rapportée par Beth Yossef (416) : ‘’Si un mur tombe à cause d’un tremblement de terre, du vent ou des pluies, s’il a été construit selon les règles le propriétaire est exempt sinon il devra en subir les frais’’. Si ce que prétend Israël est vrai, à savoir que l’arbre était en bonne santé, il est donc exempté de tout frais.
Quant au déblaiement, la michna (baba métsia 117) stipule : ‘’ celui dont le mur attenant au jardin de son ami est tombé, et que le voisin lui demande de déblayer les pierres, s’il lui répond : ‘’elles te reviennent’’ on ne l’écoutera pas’’.  Selon les Tossafote, on ne pourra appliquer ici la règle bien connue selon laquelle un objet tombé sans intention et dont le propriétaire n’en veut pas, peut être abandonné. Et ce, parce que les pierres ont une valeur et leur propriétaire veut surement les récupérer. En disant ‘’elles te reviennent’’, il fait preuve de paresse et veut se laisser le temps de faire les choses à son rythme etc.
Dans notre cas selon les Tossafote, l’arbre n’a aucune valeur pour les citadins, il ne le veut surement pas et il est donc sincère quand il dit le rendre ‘’hefker’’ à la disposition de tous. Israël est en donc en droit de se décharger du déblaiement.
Mais l’avis des Tossafote n’est pas retenu par la halakha car on fera une différence entre laisser ce qui est tombé sans intention dans un domaine public ou privé. (Tossafote haRoch, rachach, Kos Yéchouot, hazon ich baba batra 16;14). Puisqu’il s’agit du jardin d’Emmanuel, un domaine privé, Israël devra se charger du déblaiement.

Rav Reouven Cohen

voiture_accidenteeQuestion: Micaël a emprunté la voiture de Chimon pour se rendre chez ses parents le chabbat. Il a été convenu entre eux de la garer à sa place habituelle le motsaé chabbat, ce qui fut fait. Chimon téléphone à Micaël le lendemain et se plaint d’un coup sur la carrosserie qui n’était pas au moment de l’emprunt. Micaël lui répond que ce n’est sûrement pas arrivé durant la conduite mais peut être quand la voiture est restée garée, le chabbat, devant ses parents ou encore durant la nuit, après l’avoir rendu à sa place, dans le parking. Qui est responsable de ce dégât?

Réponse:   Il y a un cas ressemblant dans le Choul’han Aroukh  (224; 2) à propos d’une bête, acquise par un boucher, et dont les poumons contenaient une aiguille. Elle est donc téréfa et impropre à la consommation. Le boucher réclame donc, au vendeur, son argent. Dans ce cas la règle est que l’on établit la datation d’un événement survenu à un moment inconnu selon la dernière situation de l’objet. La bête était donc chez le boucher en dernier lieu et l’on suppose que cela s’est passé chez lui.
Il en sera donc ainsi pour la voiture. Chimon doit endosser les frais de réparation puisque la voiture était chez lui en dernier lieu et que l’incident a pu se dérouler dans son parking. Mais si le coup était déjà apparent dès le moment où Micaël avait retourné la voiture, et s’il y avait eu un constat de bon état au moment de l’emprunt, alors Micaël aurait été responsable. En cas de doute, comme dans l’hypothèse où il n’y aurait pas eu de constat de bon état, alors Chimon ne pourra rien imposer à Micaël.

cadeauQuestion : Les élèves d’une classe décident d’offrir un cadeau à leur professeur et remettent de l’argent à Chimon pour qu’il achète une bouteille de bon vin. Chimon voit que le magasin propose en promotion un cadeau de six verres pour l’achat d’une bouteille de vin. Après avoir acheté la bouteille, Chimon reçoit les verres. A qui appartiennent ces verres ? A Chimon ou à toute la classe ?
Réponse : « Si le prix était fixé et connu, et que [le marchand] a donné davantage à l’envoyé en quantité, en poids ou en mesure, ce supplément appartient aux deux et l’envoyé doit partager ce supplément avec le propriétaire de l’argent [qui l’a envoyé faire cet achat] » (Choul’hane Aroukh ‘Hochène Michpat 183.6). La source de cette loi est la Guemara (Kétoubot 98b) disant au nom de Rabbi Yossei que quand un prix est déterminé, l’envoyé (qui effectue l’achat) et l’envoyeur (qui donne l’argent) partagent le supplément offert. Selon le Rif, ce supplément appartient entièrement à l’envoyé, mais puisque ce profit lui parvient grâce à l’argent de l’envoyeur, nos Sages disent que le supplément doit être partagé entre eux deux. Tel est aussi l’avis de du Roch et de l’auteur du Itour. Toutefois, Rachi explique que le supplément doit être partagé parce qu’il y a un doute de savoir si le marchand voulait faire ce cadeau à l’envoyé ou à l’envoyeur. D’après cette opinion, si le marchand dit explicitement qu’il donne ce cadeau à l’envoyé, il appartient à l’envoyé, contrairement à l’opinion du Rif (comme le dit le Ran).
Le Rama tranche : « Si le marchand dit clairement qu’il donne [ce supplément] à l’envoyé, il appartient entièrement à l’envoyé », en accord avec l’opinion de Rachi. Par contre, le Chakh écrit qu’il faut suivre l’opinion du Rif. Le Taz et le Nétivot aussi ont des objections à l’explication de Rachi. A priori, dans notre cas, il semble que selon les deux opinions, l’envoyé (Chimon) et l’envoyeur (la classe) doivent partager le cadeau (les verres) – d’après Rachi à cause du doute, et d’après le Rif parce qu’il est donné à l’envoyé, qui doit donner la moitié au propriétaire de l’argent.
Cependant, il semble que de nos jours, les offres faites par les magasins ne sont absolument pas destinées au profit de l’envoyé (qui effectue l’achat) mais au profit de l’acheteur (qui possède l’argent). Elles ont pour seul but d’attirer ceux qui détiennent le pouvoir d’achat et sont donc toujours destinées aux propriétaires de l’argent. La Guemara et les Richonim cités plus haut parlent en fait d’un cadeau personnel fait à l’envoyé. Le Ketsot Ha’hochène (parag. 7) écrit : « Mais si le marchand donne [le cadeau] explicitement à l’envoyeur, même selon le Rif, il appartient entièrement à l’envoyeur, et l’envoyé n’a pas droit à une partie du cadeau pour son dérangement. En effet, il est impensable que si un homme envoie un cadeau à un ami par l’intermédiaire d’un envoyé, cet envoyé en prenne une part. »
Par conséquent, dans notre cas où les marchands donnent sans aucun doute le cadeau au client (et non à son envoyé), toutes les opinions sont d’accord qu’il appartient à l’envoyeur et que l’envoyé n’y a pas droit. Aussi, les six verres appartiennent à toute la classe, à moins que le cadeau ait été fait à Chimon en tant que membre du club des clients (et possesseur d’une carte privative), auquel cas il doit donner la moitié du cadeau au reste de la classe.
Rav Reouven Cohen